Grève à la rentrée scolaire 2017-2018 en RDC : La FENECO/UNTC décide de son report au debut du mois d’octobre 2017

dimanche 3 septembre 2017
par  Claude MBALA LONKANDO
popularité : 100%

Après 3 jours de négociations, soit du 31 août au 02 septembre 2017, la Fédération Nationale des Enseignants et Educateurs Sociaux du Congo (FENECO/UNTC) qui a pris part aux travaux de la Commission paritaire du secteur de l’EPSP, décide avec les syndicats participants du report de la grève en vue. Cette décision est consécutive à la signature de l’accord intervenue le samedi 02 septembre 2017 à 03H30’, entre le gouvernement national et les syndicats de l’EPSP.

L’accord prévoit la levée de la mesure du gouvernement national relative à la suspension de l’allocation de 200 millions de francs congolais qu’il versait mensuellement à la Mutuelle de Santé des Enseignants (MESP) et le réajustement des salaires des enseignants de l’ensemble du pays, en raison de payement :
-  du complément du salaire du mois d’août 2017 (30 000 FC) dès la première semaine de la rentrée scolaire ;
-  des salaires des mois suivants avec le même taux de majoration ;

La décision du report a été entérinée par la déclaration de la FENECO/UNTC après analyse du contexte éducatif et des résultats des travaux de la Commission paritaire, à l’issue de son Assemblée Générale tenue le même jour à la CASOP/UNTC dans la commune de Kasa-Vubu à Kinshasa, capitale de la RDC.

JPEG - 14.4 ko La FENECO a recommandé le respect des termes et des délais d’application de cet accord, vu le mauvais souvenir qu’on a des accords signés par le passé sans être appliqués suite à la mauvaise foi du gouvernement.

Nonobstant la signature de l’accord, la FENECO/UNTC relève la subjectivité du gouvernement dans la constitution du banc syndical qui n’a pas pris en compte la représentativité des syndicats ayant pris part aux travaux de la Commission paritaire et leur implantation sur le territoire national. De plus, le manque d’homogèneité dans leurs vues a fait qu’il leur soit impossibilité d’harmoniser les positions avant la négociation avec l’employeur.

Pour la FENECO/UNTC, il est impossible de réaliser une éducation de qualité avec des enseignants non motivés, non soutenus qui bénéficient des salaires de misère s’ils ne sont pas payés plusieurs années durant, comme c’est le cas de non payés (NP) et de nouvelles unités (NU). Leur nombre atteint à ce jour 145 000 personnes pour la première catégorie et plus de 100 000 personnes pour la second. Sur la liste des facteurs qui mettent en mal la qualité de l’éducation en RDC, il y a aussi le retard de payement des salaires des enseignants à l’intérieur du pays, comme c’est le cas de le dire pour les salaires du mois d’août 2017 en train d’être payés par SOFIBANQUE dans la ville de Kwilu.

Vigilante, La FENECO/UNTC attend observer l’application de l’accord jusqu’à la convocation à la fin du mois de septembre d’une autre Commission paritaire gouvernement-syndicats de l’EPSP pour une évaluation à mi-parcours de sa mise en œuvre. Au cours de travaux de ladite commission, exige que l’ordre du jour soit élargi à la situation des enseignants NP et NU, à la titularisation et la transposition des grades des enseignants ainsi qu’au payement des primes des Inspecteurs de l’enseignement et le banc syndical être constitué des syndicats légalement représentatifs et réellement implantés sur toute l’étendue du territoire national.

Si ces préalables ne trouvent pas échos de la part du gouvernement, la FENECO/UNTC se réserve le droit d’appeler à la suspension des cours sur toute l’étendue de la RDC dès le 1er octobre 2017.


Documents joints

PDF - 368.7 ko
PDF - 368.7 ko