La société civile de la RDC rassure Alice Albright, mais pas d’aide extérieure pour les salaires des enseignants

mardi 5 novembre 2019
par  Jean-Félix
popularité : 73%

JPEG - 14.1 ko Ce soir du 4ème jour du mois de novembre 2019, entre 17 heures et 18 heures, en la salle des réunions du Secrétariat Permanent d’Appui et de Coordination du secteur de l’Education (SPACE), les membres de la société civile ont rencontré Alice Albright, Directrice Générale du Partenariat Mondiale pour l’Education (PME) afin de faire le point sur les récentes réalisations dans le domaine de l’éducation et principalement, en ce qui concerne la gratuité de l’éducation de base.

Les différents participants, majoritairement des syndicalistes du secteur de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnel dont les trois affiliés à l’Internationale de l’Education, ont, à tour de rôle, expliqué la mise en œuvre effective de la gratuité de l’éducation de base en République Démocratique du Congo. JPEG - 11.6 ko

Ils ont tenté, chacun à sa manière, de tracer le parcours qu’a franchi cette mesure, de son intégration dans la constitution en 2006, à sa mise en œuvre effective aujourd’hui en 2019, en passant par des intentions de bonne foi observées pendant ces 13 ans. Ils ont décrit les méfaits du système de prise en charge des enseignants par les parents et expliqué comment les sanctions sont prises contre les ennemis de la gratuité, ceux-là des chefs d’établissement qui rouspèteraient cette mesure.

Certes la gratuité est effective, quand bien même elle arrive à mobiliser de nombreux enfants pour l’école causant ainsi des effectifs d’élèves pléthoriques, elle n’est pas encore parfaite. Les syndicalistes ont pointé du doigt les mesures prises de façon unilatérales par le gouvernement ainsi que le retard dans la prise en charge des enseignants sans salaires. JPEG - 13.9 ko

Pour appuyer cette mesure soutenue par toutes les tendances au pays, les syndicats ont évoqué leur campagne menée auprès de leurs membres. En effet, avec l’appui de l’Internationale de l’Education et de la Centrale des Syndicats du Québec, les syndicats membres en République Démocratique du Congo ont organisé la campagne d’informer, de sensibilisation-conscientisation et d’alerte sur cette mesure.

Ensuite les participants aussi parlé de l’éducation inclusive, domaine non encore développé, de la retraite, du statut des enseignants ; bref, de tout ce qui ferait que la gratuité soit parfaite.

Augustin TUMBA NZUJI a été formel pour dire que l’argent de l’aide extérieure, un financement qui a un caractère éphémère, ne doit pas servir pour la paie des salaires des enseignants qui doit se réaliser dans la durée.