Gratuité de l’éducation en RDC : la FENECO/UNT exige la protection des enseignants

mardi 5 novembre 2019
par  Hermann
popularité : 8%

JPEG - 66.8 ko C’est ce qui ressort de la réunion tenue à la CASOP/UNTC de Kinshasa par le Bureau Exécutif de la FENECO/UNTC (BEF) ce samedi 2 novembre 2019.

En effet, selon le rapport en attache et pour le meilleur de la mise en œuvre effective de la gratuité, la FENECO exige que le processus en cours pour prendre en charge tous les enseignants sans salaires, puisse être accéléré et que des dates soient fixées pour l’application des autres paliers des salaires en vue d’éliminer les discriminations engendrées par les mesures d’accompagnement, a dit Augustin TUMBA NZUJI, Secrétaire Général de la FENECO.

JPEG - 64.9 ko Et de poursuivre, pour protéger davantage les enseignants, le dialogue social de qualité doit être instaurée afin de tenir convenablement compte des avis des enseignants car « Tout ce que vous faites sans moi est contre moi » renchérit un vieux dicton. La protection, c’est aussi garantir la liberté syndicale à l’enseignant. De cette façon, les salaires seront protégés contre les cupides qui n’arrivent pas à oublier les anciennes méthodes qui ont longtemps avili les enseignants.

Tout en soutenant la gratuité de l’éducation telle que prônée par le Chef de l’Etat, le Bureau Exécutif signale que la FENECO à l’instar d’autres organisations syndicales affiliées à l’Internationale de l’Education, ne participera pas à la marche de la société civile organisée le 9 novembre 2019. Elle laisse cependant la liberté aux membres qui veulent y aller, de participer à titre individuel, c’est-à-dire sans engager l’organisation.


Documents joints

Word - 40.4 ko
Word - 40.4 ko