Déclaration de la FENECO/UNTC consécutive aux mesures contre la COVID-19 en vue de la réouverture des classes

lundi 4 mai 2020
popularité : 62%

JPEG - 45.2 ko Le Bureau Exécutif de la Fédération Nationale des Enseignants et Educateurs sociaux du Congo, « FENECO/UNTC » en sigle, Syndicat des enseignants majoritairement élu comme première force syndicale au ministère de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique, et le plus ancien en République Démocratique du Congo, a tenu une réunion extraordinaire en marge de la Journée de l’Enseignement National et de la Fête du Travail, ce jeudi 30 avril 2020, à la CASOP/UNTC à Kinshasa, dans le strict respect des mesures barrière contre la COVID-19.

Après avoir analysé la situation scolaire et syndicale de l’heure, le Bureau Exécutif a publié les recommandations telles que transmises aux autorités du pays ce 2 mai 2020. Ces recommandations sont regroupées en 5 points qui sont : la reprise des cours, les salaires des enseignants, l’Intersyndicale, l’enseignement à distance et les écoles privées.

S’agissant de la reprise des cours, suspendu suite à la pandémie du coronavirus, le Bureau Exécutif note que les conditions de la reprise ne sont pas encore réunies vu que la pandémie n’a pas encore atteint son pic ; une incertitude plane encore sur ce point. Ainsi, il se remet au secrétariat technique de la riposte pour être fixé rationnellement sur cette question et engage sa responsabilité quant à ce.

Pour les salaires des enseignants, le Bureau Exécutif conjure le Gouvernement de ne pas prendre comme alibi la pandémie du coronavirus pour se soustraire des accords et lui recommande, comme il avait promis pour avril 2020, de ne payer que les vraies Nouvelles Unités.

Ensuite, le Bureau recommande au Gouvernement de payer les nouveaux salaires, à compter à partir du mois d’avril 2020, pour que le moins gradé atteigne la fourchette de six cent cinquante mille (650 000) francs congolais conformément aux accords de BIBWA et cela, en mettant fin aux discriminations créées dans l’octroi des avantages sociaux : indemnités de logement, de transport et soins de santé

Quant à la question de l’Intersyndicale de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique, étant donné que la FENECO/UNTC reste le syndicat majoritairement élu aux dernières élections sociales, son Bureau Exécutif exige sa place au sein du Bureau de l’Intersyndicale pour que cette plateforme soit véritablement apolitique, inclusive, pertinente et représentative.

Parlant de l’enseignement à distance qui continue à séduire plusieurs partenaires vu sa nécessité de maintenir les élèves en instance d’apprentissage même s’il ne saurait couvrir tout le pays et que ces services accusent le problème de qualité, le Bureau recommande l’amélioration de ces services avec la participation des experts du sous-secteur de l’EPST (Ministère de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique) et de la FENECO/UNTC.

Enfin, pour préserver la paix sociale au sein du sous-secteur de l’EPST, précisément dans les écoles privées, le Bureau Exécutif d la FENECO/UNTC recommande aux autorités du ministère de l’Enseignement et de celui du ministère du travail, de veiller à ce que les Promoteurs des écoles privées emboîtent le pas au Gouvernement en payant la totalité des salaires aux enseignants et ce, jusqu’à la reprise des cours.

Un appel des enseignants à la solidarité clôture cette Déclaration signée par Augustin TUMBA NZUJI, Secrétaire Général et Président du Bureau Exécutif de la FENECO/UNTC et lue par Jacques Taty MWAKUPEMBA, Coordinateur National chargé de la Recherche et du Développement de l’Organisation.